Depuis longtemps, les assurances ont investi la Toile et il est possible de leur soumettre une demande de devis en ligne. Or, ce sentiment de facilité s’estompe dès qu’il s’agit de s’informer sur les produits de plusieurs assureurs. Heureusement, les comparateurs d’assurances existent. Mais est-ce bien pour autant une bonne idée ?

Parmi tous les sites de comparaison d’assurance qu’on trouve sur le Net, le plus connu est sans doute Assurland. Il permet de comparer pas moins d’une quarantaine de compagnies dans à peu près tous les domaines de la vie courante : assurance auto, assurance moto & scooter, assurance vie, assurance santé, assurance habitation, assurance crédit, assurance décès… Et même les assurances professionnelles sont passées au crible de ce comparateur.

Mais les résultats sont-ils pour autant concluants ? En d’autres termes, est-il utile, voire intéressant, de passer par ce genre de site pour obtenir les meilleures conditions d’assurance ?

[ad]

Déjà, comme le site le dit lui-même, Assurland n’a pas vocation à présenter aux internautes une offre exhaustive, car il existe plus de 200 assureurs en France. il s’agit davantage d’une sélection de compagnies de manière à couvrir à peu près tous les secteurs de l’assurance. Et comme Assurland est avant tout une entreprise, on peut supposer que les compagnies ne sont pas choisies au hasard : partenariat, affiliation et commissionnement sont autant d’éléments sur la base desquels des accords ont pu être passés entre Assurland et certains grands noms de l’assurance.

Doit-on pour autant craindre un manque d’objectivité ? Je ne pense pas. Toutefois, il est tout à fait possible que les tarifs proposés à travers le comparateur ne soient pas optimisés et une démarche indépendante peut certainement donner de meilleurs résultats en terme de tarifs et d’adéquation à la situation personnelle du demandeur.

Pourtant, le principe du comparateur reste un bon moyen de faire un premier tri et d’évaluer le budget moyen nécessaire à telle ou telle garantie. Ceci dit, rien ne remplacera la demande individuelle et négociée.

[ad]