D’après les spécialistes, la tempête Christian qui a soufflé sur le nord-ouest de la France entre dimanche soir et lundi après-midi aurait été l’une des plus importantes que cette zone ait connue depuis cinq ans. Météo France a rapporté que les rafales de vents on atteint des pointes jusqu’à 147 km/h, ce qui a causé d’importantes perturbations, non seulement des transports maritimes, mais aussi des transports routiers et ferroviaires, dans cette partie du vieux continent (Bretagne, Normandie, le nord de la France). En Bretagne, dans le sud-ouest de Belle-Ile-en-mer, une femme de 47 ans a même été emportée par les vagues.

Ceci dit, Météo France a levé la vigilance orange aux vents violents pour les trois derniers départements encore en alerte (Nord, Pas-de-Calais, Somme) le lundi à midi. Finalement, la France a ainsi été épargnée, contrairement à la Grande-Bretagne, le Danemark et le Benelux, qui ont comptabilisé des dégâts considérables. De son côté, la Maif s’était déjà préparée à une effervescence des appels de cas de sinistre, et a déployé sa cellule de crise Pégase le lundi matin, avant de l’arrêter en fin de journée. Une réunion de cellule de crise prévue se tenir le mardi matin a également été annulée, cela parce que le nombre d’appels était faible.

En effet, seulement 421 dossiers ont été ouverts (contre quelques 5 300 dossiers ouverts lors des intempéries de juin dernier). Et ces derniers ne concernaient que des «petits dommages mais pas de toitures arrachées». La Maif redoute cependant les conséquences des coupures de courant ayant frappé les près de 75 000 foyers du nord de la France, notamment en termes d’appareils ménagers. Selon Météo France, d’autres rafales de vent seraient encore à prévoir ce week-end. Patrick Galois, prévisionniste à Météo France, de préciser que «d’autres coups de vent sont encore à prévoir entre samedi et lundi prochains, même s’il est encore difficile d’estimer la vitesse des rafales de vent. Un flux zonal d’Ouest devrait se mettre en place dans les régions de l’Ouest et du Nord».

Ainsi, le nord de la France s’en est bien sorti pour le moment, tout comme les assureurs n’ayant reçu qu’un faible nombre d’appels rapportant des cas de sinistres.